Artistes

PB

Priscilla Bescond, comédienne

Priscilla Bescond commence le théâtre à l’adolescence avec la troupe des Tréteaux Blancs, qui offrent des spectacles dans les services pour enfants hospitalisés. Baccalauréat en poche, elle intègre directement la Classe Libre de l’Ecole Florent à l’âge de 17 ans où elle se forme auprès de J-Pierre Garnier, Stéphane Auvray-Nauroy et Michel Fau. En 2003, elle est Talents Cannes de l’ADAMI et joue dans « Bien Dit ! », court-métrage réalisé par Zabou Breitman. puis tourne pour la télévision, entre autres, dans « Lagardère » et au cinéma, en particulier dans « Au suivant ! » de Jeanne Biras. Admise au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique en 2005, elle a comme professeurs Andrzej Seweryn, et Dominique Valadié. Parmi les intervenants, elle fait notamment la connaissance de Jean-Michel Rabeux, pour lequel elle interprète « Opérette » de Gombrowicz. A sa sortie, elle joue à la Comédie Française dans « L’Ordinaire », écrit et mis en scène par Michel Vinaver. Elle travaille également à deux reprises avec Bernard Sobel, dans « Sainte Jeanne des Abattoirs » de Brecht à la MC93 et « La Pierre » de Mayenburg au Théâtre de la Colline. Exerçant les formes et horizons variés de sa profession d’artiste dramatique, elle joue et chante dans « L’Oiseau Vert » de Carlo Gozzi mis en scène par Sandrine Anglade. Elle rencontre ensuite Oriza Hirata, sous la direction duquel elle interprète un spectacle jeune public, « La Nuit du Train de la Voie Lactée » de Kenji Miyazawa, dans le cadre de la Biennale du CDN de Sartrouville, et en tournée au Japon, en Corée et à Taîwan. Son parcours est ponctué de collaborations musicales, notamment avec le groupe folk Moriarty avec lesquels elle partage la scène du Théâtre de la Bastille dans « Memories from the Missing Room » de Marc Lainé. Plus récemment, ayant à cœur de participer à des œuvres transversales et de côtoyer la diversité de l’expression artistique, elle rejoint les chorégraphies imaginées par Barrie Kosky sur les plateaux des Opéras de Dijon et de Lille pour « Castor et Pollux », dirigé par Emmanuelle Haim. Parallèlement, elle anime un atelier hebdomadaire d’expression corporelle et de théâtre pour les patients de l’unité psychiatrique de l’Hôpital de Nanterre.

– – – – – – – – – – –

photo claire annonces

Claire Buttin, pianiste

Née en 1984, Claire Buttin, entre au conservatoire de musique de Genève dans la classe d’Alexei Golovine avant d’intégrer en 2004 la Hochschule für Musik de Freiburg im Breisgau dans la classe de Tsuruoka-Barth puis de Michael Leuschner. Elle y obtient son diplôme supérieur avec mention très bien. Elle se perfectionne par la suite dans la classe de la grande pianiste et pédagogue Réna Shereshevskaya au C.R.R de Rueil-Malmaison. Elle y hérite d’un enseignement d’une grande richesse qui l’influencera tout au long de son parcours artistique. Claire Buttin recevra également de précieux conseils de musiciens tel que Paul Coker, Dominique Weber ou encore Christoph Wyneken. Très active sur le plan éducatif et culturel, elle est porteuse de nombreux projets notamment en partenariat avec l’éducation nationale et les centres culturels. Actuellement, elle se produit dans différents festivals comme soliste ainsi qu’au côté de Charles Offenstein à 4 mains et 2 pianos. En 2012, elle obtient une équivalence au Certificat d’Aptitude aux fonctions de professeur – spécialité piano. En 2013, Claire se forme également à l’université de Haute Alsace de Mulhouse en Administration et Gestion des Entreprises Culturelles. Elle est aujourd’hui la directrice artistique de l’association Alcor qui produit des concerts de musique classique à travers une saison musicale en Alsace.

– – – – – – – – – – –

47431

Michel Gaechter, pianiste

Michel Gaechter, né à Mulhouse, poursuit ses études au CNSM de Paris où il approfondit, grâce à Germaine Mounier, sa compréhension de l’œuvre de Chopin. Il y obtient les premiers prix de piano, harmonie, contrepoint et fugue. Intéressé par l’école russe de piano, il se perfectionne auprès de Vitaly Margulis à la Musikhochschule de Fribourg en Allemagne. En 1984 il est lauréat du Concours International Liszt/Mario Zanfi de Parme. Puis il élargit son répertoire à quelques-uns des compositeurs majeurs de notre époque : Boulez, Stockhausen, Barraqué, Berio, Nunes, Lachenmann. Par ailleurs, le renouveau de l’interprétation de la musique ancienne et la pratique sur instruments historiques le marquent profondément et influencent de façon décisive sa lecture de l’ensemble du répertoire. La seconde école de Vienne (Schönberg, Webern, Berg) constitue pour lui un centre d’intérêt essentiel. Dans ce domaine, deux aboutissements de son travail sur Schönberg ont été salués par la critique : tout d’abord un enregistrement de l’intégrale de l’œuvre pour piano (1999, label Tamino), ensuite la réalisation, puis l’enregistrement d’une transcription pianistique du sextuor à cordes Verklärte Nacht (Nuit transfigurée – 2002, label Tamino). La partition de cette transcription, publiée sous forme de facsimile chez l’éditeur Richard Birnbach, a su retenir l’intérêt du Arnold Schoenberg Center de Vienne. Michel Gaechter enseigne le piano au Conservatoire et à l’Académie Supérieure de musique de Strasbourg. Il se produit volontiers sur instruments historiques comme sur instruments modernes, en solo, ou avec les complicités de la violoniste Fanny Paccoud et de la soprano Marie-Madeleine Koebelé. Sa rencontre avec le QuatuorBarbaroque (bandonéon, tympanon, orgue de barbarie et contrebasse) a été une aventure extrêmement enrichissante, qui s’est illustrée par quelques concerts autour du Concerto en mide Chopin dans une incroyable transcription de la partie d’orchestre par les musiciens de cet ensemble. En 2010, année du bicentenaire des naissances de Chopin et Schumann, Michel Gaechter a été l’hôte de La Courroie pour un cycle de six concerts, mêlant œuvres pour piano seul et musique de chambre.

– – – – – – – – – – –

PaulineHaasCiteArtsHarpe2light redimenssionnée

Pauline Haas, harpiste

Pauline Haas est née en 1992 à Strasbourg (France) et vit entre l’Alsace et Paris. Très tôt attirée par les arts de la scène, elle hésite entre le clavecin, les ondes Martenot, le cymbalum et la harpe, instrument pour lequel elle opte finalement. A l’âge de 8 ans, elle entre au Conservatoire de Strasbourg où elle suit un enseignement complet. Elle remporte, à 13 ans, le 1er prix du Concours International Lily Laskine junior, ainsi que le Prix de la meilleure interprétation de l’œuvre contemporaine imposée (Aubade de Nicolas Bacri), restant à ce jour la seule harpiste française à avoir obtenu cette récompense. La même année, elle donne son premier concert en soliste avec orchestre, le dirigeant elle-même du pupitre. En 2006, elle obtient le 3ème Prix du Concours International de Lille. Elle est lauréate de nombreuses distinctions (UFAM, Fondation Emily Porter, Académie des Marches de l’Est, Prix d’encouragement de la Fondation Alsace…) et est soutenue par la Fondation Safran pour la Musique. En 2007, elle est admise 1ère nommée au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, en classes de harpe et de musique de chambre. Elle y achève ses études en 2011, obtenant, avec une année d’avance, un Master 2 mention très bien (anciennement Premier Prix du Conservatoire de Paris). En 2012, elle est nommée dans la catégorie Révélation Soliste Instrumental aux Victoires de la Musique Classique. Elle donne son premier récital à l’âge de 12 ans et se produit depuis, seule, en formations de chambre ou avec orchestre, en France et à l’étranger, donnant plus de 80 concerts par an. Elle joue notamment en soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, l’Orchestre de la Radio d’Uruguay, l’Orchestre de chambre de Metz, Lviv Symphony Orchestra, l’Orchestre Ofunam de Mexico City… Elle est invitée à jouer pour le roi et la reine de Suède, pour la marque automobile Bugatti et pour diverses sociétés dans le cadre de soirées événementielles. Elle donne des récitals au Festival de Besançon, aux journées de la harpe en Arles, au Festival Les Vacances de Monsieur Haydn (dir. Jérôme Pernoo), au Festival de Musique de Chambre de Colmar (Les Musicales), au Concours International des harpes Salvi, au Festival des harpes Camac, à Harpe en Avesnois, dans le cadre des tournées AJAM, autour de Jean-François Zygel au Théâtre du Châtelet à Paris (Nuits de l’improbable), aux Etats-Unis (New York, Los Angeles…), en Amérique du sud et dans toute l’Europe. De 2013 à 2015, elle est tournée avec un spectacle jeune public intitulé « onde et lyres« , produit avec les Jeunesses Musicales de France (JMF), en duo avec Thomas Bloch (ondes Martenot, Matryomin, waterphone…). Si elle donne des masterclasses et participe à de nombreuses émissions de radio et de télévisions, elle tient également à s’impliquer dans des domaines où la musique a plus rarement sa place, dans des projets humanitaires, médicaux, sociaux et auprès des enfants. Son vaste répertoire (orchestre, musique de chambre, solo) s’étend de la musique baroque à la création contemporaine (avec et sans électronique), mais également à des transcriptions qui repoussent les limites de la harpe, telle la réputée injouable (jusqu’à présent) Mort d’Isolde de Wagner, dans la version pour piano de Franz Liszt, qui l’a fait remarquer par les mélomanes et la critique qui souligne « son engagement total et son charisme ». Sa curiosité l’amène à découvrir un répertoire étendu, allant de la musique ancienne à l’improvisation et à réaliser elle-même de nombreux arrangements, transcriptions et compositions. Outre la harpe classique, elle joue également la harpe celtique, la harpe médiévale, la harpe baroque (harpe triple), la harpe automatique Salvi (permettant notamment les chromatismes, dont il n’existe que deux exemplaires), la harpe électroacoustique (amplifiée et avec effets), la harpe midi Camac (dont il n’existe que deux exemplaires) et la harpe paraguyenne. Attirée depuis toujours par le mariage des arts, elle conçoit et réalise des spectacles mêlant théâtre et chant (qu’elle pratique également), musique et autres formes d’expression (théâtre, arts plastiques…). Son nouveau disque (à paraître en 2014), est dédié aux compositeurs romantiques (Brahms, Mendelssohn, Wagner / Liszt, Tchaïkovski, Barrios…).

– – – – – – – – – – –

Philippe 1

Philippe LINDECKER, violoniste

Philippe Lindecker est né en 1963 à Mulhouse (France). C’est dans cette ville qu’il débute ses études musicales, obtenant en 1972 les 1ers Prix de violon et de musique de chambre. Il poursuit ensuite sa formation au Conservatoire de St. Maur des fossés et obtient en 1980 les mêmes récompenses. Il entre au Conservatoire National Supérieur de Paris en 1981 dans les classes de G. Poulet, P. Nérini et B. Pasquier. En 1985 les 1ers Prix de violon et de Musique de chambre couronnent ses études. Il entre ensuite en 3ème cycle de musique de chambre dans la classe de J.C. Bèrnede avec le Quatuor A. Roussel et est finaliste lors du Concours International de Quatuor à Cordes d’ Evian en 1986. C’est en 1987 qu’il débute sa vie professionnelle en tant que second soliste de l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy. Puis de 1988 à 1995 il est 2ème soliste de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg. Il se passionne aussi pour la musique de chambre et devient en 1989 1er violon du Quatuor Florestan avec lequel il donne depuis de nombreux concerts à travers l’Europe. C’est cette même année que débute entre le Quatuor Florestan et l’Opéra National du Rhin de Strasbourg une collaboration étroite, celui-ci devenant sur cette scène l’unique formation de chambre invitée. Cette formation enregistre récemment un premier disque consacré à Schubert, »la Jeune Fille et la Mort » et à Mendelssohn, 6ème Quatuor. Ce disque a été chaleureusement accueilli par la critique. Le Quatuor Florestan se produit fréquemment avec des artistes invités tels que F. Clidat, D. Lively… En 1995 Philippe Lindecker devient par concours 1er violon solo de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, poste jumelé avec celui de professeur de violon et de traits d’orchestre au Conservatoire de Strasbourg. A partir de cette date il se produit fréquemment en concerto avec cette formation.

– – – – – – – – – – –

Photo David Mancinelli (2)

David Mancinelli, violoniste

Né en 1983 à Avignon, David Mancinelli débute ses études au conservatoire à l’âge de 7 ans. En 1996, il obtient la médaille d’or de violon du conservatoire d’Avignon avant de se perfectionner à Marseille sous la direction de Jean Ter-Merguerian. Puis il intègre la classe de Jean Lénert et Bertrand Cervera et obtient le prix de perfectionnement mention très bien, au CNR-Supérieur de Paris. Parallèlement, il suit le cursus de musique de chambre avec le Quatuor Ysaÿe et se perfectionne auprès de Jean-Jacques Kantorow. Il s’initie à la musique traditionnelle et l’improvisation avec Gilles Apap. Lauréat du « concours national du jeune musicien » et du « Royaume de la musique » (1er prix avec félicitations), il se produit en soliste à l’Opéra d’Avignon, en Italie et en Espagne. En 2008, il crée la Symphonie concertante en si bémol M pour 2 violons solos (1er soliste) du Chevalier Saint-Georges, à la Bibliothèque Nationale de France. Il est aussi régulièrement invité à travailler comme soliste au sein de l’Orchestre National de Montpellier, ainsi que l’Orchestre Régional de Cannes, et collabore également avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse. Avec le quintette Denis Clavier, il crée et enregistre le quintette pour 2 violoncelles en la m de Gouvy, récompensé par la critique musicale (4 étoiles Classica). Musicien capable d’improviser, il s’investit en trio dans la musique de film live dans le cadre de festivals tels que « Paris-cinéma » et « Festival International du Film de Compiègne ». Au sein du trio « Polvere Stellare », il a participé à la création et à l’enregistrement de la musique du film « Le diable au coeur » de Marcel L’Herbier, sorti en DVD. David Mancinelli est actuellement violon solo à l’Orchestre National de Lorraine.

– – – – – – – – – – –

SN

Seddam Novruzbeyov, peintre

Né en 1990 à Bakou (Azerbaïdjan) Seddam Novruzbeyov étudie la clarinette à l’Ecole de Musique de Bul-Bul puis à l’Académie Musicale U.Gadjibekov de Bakou. Il a représenté son pays avec l’association « Les anges de la bienveillance d’Azerbaïdjan », avec l’Orchestre Symphonique des Jeunes sous la direction de T.Geokchaev, « artiste du peuple » d’Azerbaïdjan, dans la salle de l’UNESCO en France, puis en Belgique, Italie, Allemagne, Suède ainsi qu’à Moscou. Il a également obtenu le 3e Prix au concours « Amirov » de la République d’Azerbaïdjan. En 2012, il remporte le 2e Prix au concours international « Italie-Autriche 21siècles de l’Art ». En 2013, il a été invité à donner un récital au très renommé 6e Festival International de Gabala (Azerbaïdjan). Actuellement, il poursuit ses études de clarinette à L’École Normale de Musique A.Cortot de Paris. Parallèlement, à l’âge de deux ans, il commence la peinture. En 2002 et 2006 il a eu deux expositions dédiées uniquement à ses œuvres avec plus d’une cinquantaines de tableaux. En 2003, il a gagné le prix de l’exposition « Paint of Yukos Site » et en 2004, il a obtenu le 1er prix au concours du projet commun des lignes aériennes autrichiennes, de l’Ambassade d’Angleterre, MEXX et de l’Union des Peintres. Il a également obtenu le 1er prix au concours « Moi et mes droits », sous le patronage du Ministère de l’Éducation et a été récompensé de plus d’une vingtaine de diplômes. Depuis 2013, il est nommé membre de l’Union des Peintres d’Azerbaïdjan, ce qui est extrêmement rare au vue de son jeune âge.

– – – – – – – – – – –

IMG_9099_redimensionner

Charles Offenstein, pianiste

Charles Offenstein commence le piano à l’âge de quatre ans et entre au C.R.R de Strasbourg deux ans plus tard. Apres une formation complète il a l’opportunité d’intégrer la classe de la grande pédagogue Réna Shereshevskaya au CRD de Colmar où il y obtiendra son DEM de piano et de musique de chambre à l’unanimité du jury avec félicitation ainsi qu’un 1er accessit à l’unanimité du jury un an plus tard. Il interprète également la même année le 3eme concerto de Beethoven à Lucca en Italie avec l’orchestre du conservatoire. Charles s’oriente alors vers l’Allemagne y pour faire ses études supérieures. Il est admis à la Musikhochschule de Freiburg en 2003 et obtient une bourse de la « Rosenberg Stiftung ». Il travaille d’abord avec Professeur Mme Elsa Kolodin puis sera accepté dans la classe du pianiste virtuose Mr Vitali Berzon. Apres une formation complète et de nombreux projets, il obtient en 2009 son diplôme de concertiste ainsi que son diplôme d’enseignement mention « très bien ». Charles se perfectionne à nouveau avec Mme Shereshevskaya à « l’école normale de musique de Paris » où il est soutenu par la fondation « Zaleski » ainsi qu’au C.R.R. de Rueil-Malmaison. Il est invité à se produire dans plusieurs festivals comme les musicales du parc de Wesserling ou le festival des sept chapelles en arts de Guidel. En février 2012 il remporte le premier prix du « concours international Chopin » de Brest. Il se produit alors en récital lors d’une tournée dans 5 festivals Bretons: Au festival international de musique de Dinard dirigé par le pianiste Kun Woo Paik au concert jeune talent, aux Semaines musicales de Quimper, au festival du Chant de la rive, au festival de la chapelle de Kersaint et au festival du chant des chapelles. En mars 2013 il est lauréat du 16ème concours international de piano de Montrond les bains. En mai de la même année il effectue une tournée de concerts en alsace avec l’AJAM dans un programme Chopin. En novembre 2013 il remporte le 3ème prix au concours international « Giuliano Pecar » de Gorizia en Italie. Tout au long de sa formation Charles a bénéficié de precieux conseils de musiciens tels que Vladimir Feltsman (usa), les musiciens du trio Altenberg de Vienne, Christophe Henkel ou encore Felix Gotlieb et Latica Honda Rosenberg. A côté de sa carrière de soliste, Charles se produit régulièrement en duo avec le violoniste David Mancinelli ainsi qu’à quatre mains et deux pianos avec la pianiste Claire Buttin et participent à de nombreux projets pédagogiques de sensibilisation à la musique classique.

– – – – – – – – – – –

M. P scène

Maxime Pacaud, comédien

Maxime Pacaud partage ses expériences et ses créations de comédien entre la France, la Belgique et l’Allemagne. En Belgique, il est diplômé de l’Institut des Arts de Diffusion de Louvain-la-Neuve, école supérieure d’art dramatique où il découvre de nombreuses pratiques – du théâtre classique de répertoire au théâtre contemporain en passant par le jeu masqué, le chant, le théâtre-danse, etc… On peut le voir également dans de nombreuses productions au théâtre (Noren, Schimmelpfennig, Molière, R.Pinget), notamment avec des metteurs en scène tels que Jules-Henri Marchant, Sylvie de Braekeleer, Eric de Staercke, Benoît Blampain, Luc Van Grunderbeeck,… En France, il tourne pour le cinéma et la télévision avec des réalisateurs tels que Félix Ollivier, Podz et Jean-Philippe Amar, Sylvain Pioutaz ou Patrick Doué. Il joue également au théâtre dans divers registres, dans des pièces d’auteurs contemporains, ou bien de Labiche, Shakespeare, Rémi De Vos, M. v. Mayenburg, Molière ou Kleist, mises en scène d’Ahmed Ferhati, Gabriel de Richaud, Jean-Jacques Mercier, Zouaoui Chebbab, Raphaël Patout, Antonia de Rendinger, Lionel Courtot, Rémi Barché ou Guillaume Dujardin. Par ailleurs, Il est également une voix de doublage récurrente pour le cinéma et la télévision (Arte, Canal+, France 3). Comédien bilingue, il collabore aussi en Allemagne avec des metteurs en scène comme Marcus Morlinghaus (Teamtheater Munich) et Edzard Schoppmann (Baal Novo Offenburg) et joue les premiers rôles dans des spectacles en allemand et en français : Phileas Fogg dans Le tour du monde en 80 jours, Alain-Xavier Wurst dans Zur Sache Chérie et d’autres spectacles tous publics. Il développe ainsi un travail autour du théâtre franco-allemand à Strasbourg et dans les régions Alsace et Bade-Würtemberg. En tant que chef de projet, il cumule depuis cinq ans plusieurs expériences : il est tout d’abord metteur en voix de nombreuses lectures-spectacles (TAPS, BNUS, Centres culturels, Médiathèques,…). En 2013 il met en scène deux spectacles jeune public : Am­­StramGram-Wortsalat, une création bilingue en collaboration avec Jean Lorrain (plus de 50 représentations en France et en Allemagne) et Ondes et Lyres, un spectacle musical produit par les Jeunesses Musicales de France, en tournée nationale jusque fin 2015 (plus de 60 représentations). Depuis 2012, il est aussi directeur artistique pour les versions françaises de documentaires, notamment pour Arte et France 3. Dans le domaine musical, il propose notamment en collaboration avec Thomas Bloch, Pauline Haas (harpiste nommée aux Victoires de la musique 2012), Benjamin Beck et Fabrice Kieffer, des spectacles-récitals faisant dialoguer lectures et pièces musicales : Voix d’Outre-guerre, sur des textes de Charles Péguy, Le Winterreise de Schubert, Chants d’amour d’après Jean Genet. Il collabore également avec la BNU de Strasbourg et le Centre Culturel Alsacien, autour de diverses manifestations.

– – – – – – – – – – –

E5

Eveline Rudolf, pianiste

Eveline Eibel-Rudolf débute ses études musicales au C.N.R. de Strasbourg auprès de Gérard FREMY et obtient la médaille d’or puis le 1er prix Inter- Régional de piano et dans la classe de Roger DELAGE la 1 ère médaille d’or de musique de chambre. Elle perfectionne ses connaissances de musique de chambre auprès de Pierre FOURNIER, à Genève et obtient le prix d’encouragement de l’Association Culturelle des Régions Alsace, Baden Sud, Bâle « Förderpreis der Wirtschaft ».Elle entre à la Hochschule für Musik de Fribourg en Brisgau, et obtient son diplôme de pédagogie « MUSIKLEHRERPRÜFUNG » puis son diplôme de piano « KUNSTLERISCHE REIFEPRÜFUNG » dans la classe de Vitaly MARGULIS. Eveline Eibel-Rudolf enregistre pour FR3 Alsace, Radio France et la Südwestfunk » et participe à de nombreux festivals de musique contemporaine en collaboration avec Gérard FREMY (Lisbonne : rencontre de la fondation Gulbenkian, Marseille : les Musiques 87/GMEM, Nice : Musiques Actuelles Nice Côte d’Azur, Strasbourg : Musica). Elle obtient le 3ème prix International de piano « Carlo Soliva » à Casale Montefaro, Italie. Actuellement elle est professeur titulaire à l’école de musique de Saverne.

– – – – – – – – – – –

VS red

Victoria Shereshevskaya, pianiste

Pianiste, professeur de piano et chambriste, musicienne ouverte et éclectique, remarquée pour sa profondeur, sa réflexion et son sens musical, Victoria Shereshevskaya, née à Moscou se forme auprès de sa mère, Rena Shereshevskaya. Lauréate de plusieurs concours nationaux et Internationaux dès l’âge de 8 ans,elle est diplômée du Conservatoire Supérieur de Musique et Danse (CNSMD) de Lyon. La jeune pianiste donne des récitals en Europe, aux Etats-Unis et en Russie, au Japon et est invitée par différents festivals (Festival Radio France à Montpellier, Festival International de Colmar, Festival « Nancyphonies » de Nancy, Festival de St.Ursanne et Porrentruy, Rencontres Musicales d’Enghien…) .En 2010 effectue une tournée de concerts au Japon, invitée par Festival de Karuizawa, tournée saluée par la critique. Elle s’est produite en musique de chambre aux côtés de Alexandra Soumm, Henri Demarquette, Christophor Miroshnikov, Marco Rizzi, François Guye… et avec orchestre sous la direction de Y.Bashmet, C.Poiget, etc. La pianiste a par ailleurs reçu des conseils de maîtres prestigieux, tels que François-René Duchable, Brigitte Engerer, Lev Naoumov, Véra Gornostaeva. Titulaire des plus hauts diplômes pédagogiques d’Etat, Victoria est professeur au Conservatoires du Val d’Yerres, au Conservatoire de Chantilly ainsi qu’à l’Ecole Normale/A.Cortot de Paris. Depuis 2011, elle est invitée à donner des master-classes à l’Académie des Cimes du Val d’Isère. Également sollicitée par le cinéma, elle est engagée comme coach des comédiens et « doublure de mains » et a travaillé avec des comédiens tels que Judith Davis, Edith Scob ou Chantal Lauby et le producteur Louis Becker. En 2013, elle coach Anne-Sophie Lapix et enregistre une partie de la bande son pour le film de Jean Becker « Bon rétablissement ! » sorti en septembre 2014. Parallèlement à son activité de pianiste et de professeur, Victoria qui est passionnée par le chant depuis sa plus tendre enfance suit une formation lyrique sous l’enseignement du grand baryton russe Vladimir Chernov et son épouse le professeur Olga Toporkova-Chernov. Elle s’est déjà produite en tant que chanteuse en France, Suisse, Belgique en soliste et avec orchestre (Moscou, Festival « Pianofolies » du Touquet, la Maison et Musée de Tchaikovski, l’Hôtel de la Marine de Paris et un récital de musique russe à la Villa Abamelek de Rome). Très intéressée par tout le travail qui à trait au corps, elle suit également depuis 2010 une formation sur le mouvement, la relation geste, son et espace avec la kinésithérapeute, scénographe et metteur en scène belge, Anne Englebert. Actuellement, elle se forme et prépare une collaboration artistique et créative autour de projets musique et danse avec Davina Delor.