Artistes

Rosalie_Adolf

Rosalie Adolf, violoniste

Rosalie Adolf commence le violon au Conservatoire National de Région de Strasbourg, dans les classes d’Ana Reverdito Haas et d’Alexis Galpérine. Après avoir obtenu son Diplôme d’Etudes Musicales – Médaille d’Or de violon et de musique de chambre à Strasbourg –, elle intègre la classe de Christian Sikorski à la Hochschule für Musik und Darstellende Kunst de Stuttgart, puis étudie à la Hoschule für Musik de Fribourg-en-Brisgau, dans un premier temps avec Nicolas Chumachenco, et plus tard dans la classe de Gottfried von der Goltz. Elle y obtient le Diplôme d’Enseignement – Musiklehrer – ainsi que le Diplôme Artistique – Künstlerische Ausbildung. Durant ses années strasbourgeoises, elle est amenée à se produire à maintes reprises avec l’ensemble Volutes – orchestre de chambre –, ainsi qu’à participer au festival Musica – festival de musique contemporaine. En 2005, elle est admise au sein de l’Orchestre Philharmonique de Fribourg-en-Brisgau pour un stage d’un an, et y est depuis régulièrement invitée pour participer à de nombreuses productions – opéra, concerts symphoniques. Parallèlement à ses études, elle prend part à des classes de maître, qui lui permettent de bénéficier de l’enseignement d’Evgenia Tchougaeva, Gordan Nikolitch, Jorge Risi entre autres pour le violon, ainsi que de Sonia Wieder-Atherton, Laurent Cabasso, Sylvie Altenburger, Rainer Kussmaul, Christoph Henkel, Hortense Cartier-Bresson, Vitali Berzon en musique de chambre. Elle a également été amenée à travailler avec des compositeurs tels que Luis de Pablo, Ramon Lascano, Pascal Dusapin, Michèle Reverdy, François-Bernard Mâche, Ivan Fedele, ainsi que Christophe Bertrand, dont elle crée Treis en 2000, lors du festival Musica à Strasbourg, trio dont elle est également une des dédicataires. Rosalie Adolf enseigne le violon depuis 2009 à la Städtische Musikschule de Lahr et à la Jugendmusikschule Südlicher Breisgau en Allemagne. Elle se produit régulièrement en tant que chambriste en Allemagne et en France, ainsi que dans divers orchestres et ensembles.

– – – – – – – – – – –

IMG_2202 JP

Jean-Philippe Billmann, chef de choeur

Jean-Philippe Billmann est titulaire d’un master de musicologie (Université de Strasbourg) d’un DEM de chant (CRD de Colmar), d’un DEM de Direction de choeur (CRR de Metz) et du diplôme supérieur de direction de la Musikhochschule de Fribourg en Brisgau où il s’est formé avec Hans Michael Beuerle. Plusieurs masterclasses stylistiques et pédagogiques lui ont permis de travailler avec Timo Nuorrane, Laurence Equilbey, Gunnar Ericson… Il dirige les ensembles vocaux Filigrane et Plurielles de Strasbourg ainsi que l’ensemble vocal du Luxembourg. Il enseigne la direction de choeur au département de musicologie de l’université de Strasbourg et au CFMI de Sélestat. Il intervient régulièrement dans le cadre de Mission Voix Alsace et du Cefedem de Lorraine.

– – – – – – – – – – –

08.02.26 STRASBOURG

Thomas Bloch, glassharmonica

Thomas Bloch (né en 1962 à Colmar, France) est un musicien français qui vit à Paris. Il est reconnu dans le monde comme l’un des interprètes majeurs d’instruments rares (ondes Martenot, glass harmonica et cristal Baschet), aussi bien dans le domaine de la musique classique, que de la musique contemporaine et expérimentale, de l’opéra, de l’improvisation, de la chanson, le rock, le théâtre, la musique de film, la danse, la world music… Il est également compositeur et producteur. Titulaire d’un Premier Prix d’ondes Martenot du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (classe de Jeanne Loriod), ainsi que d’une Maîtrise en Musicologie de l’Université de Strasbourg, Thomas Bloch a participé à plus de 3000 concerts dans 40 pays et apparaît sur plus de 150 disques personnels ou en tant qu’artiste invité. Parmi quelques collaborations notables (concerts ou enregistrements) : Radiohead, John Cage, Gorillaz / Damon Albarn (Monkey: Journey to the West, à partir de 2007), Tom Waits / Marianne Faithfull / Bob Wilson (The Black Rider / 2004 – 2006), Emilie Simon / Luc Jacquet (La Marche de l’Empereur), Milos Forman (Amadeus – version longue, 2001), Daft Punk… Professeur d’ondes Martenot au Conservatoire de Strasbourg depuis 1992, directeur artistique du Festival d’Evian et du Festival Glass Music International (Cité de la Musique, Paris, 2005), collaborateur pour divers ouvrages musicaux, il est également chargé de la présentation de ses instruments au Musée de la Musique de Paris depuis son ouverture (1997). En tant que soliste d’instruments rares (ondes Martenot, glassharmonica, cristal Baschet), Thomas Bloch interprète la quasi totalité du répertoire classique et contemporain composé pour ceux-ci (Messiaen, Varèse, Honegger, Jolivet, Bussotti, Mozart, Donizetti, Hasse, Carl Philipp Emmanuel Bach, Beethoven, Richard Strauss…). Il crée également 10 à 15 oeuvres nouvelles chaque année que ce soit dans le domaine de la musique contemporaine (Michel Redolfi, Regis Campo, Etienne Rolin, Bernard Wisson, Jan Erik Mikalsen…) ou populaire (Jonny Greenwood, Damon Albarn, Tom Waits…) et participe à de nombreux enregistrements. Il a participé à plus de 200 émissions de radio et de télévision.

– – – – – – – – – – –

6U3B0112 redimenssionée

Aurore Bucher, chanteuse

La soprano Aurore Bucher circule librement à travers les genres musicaux. Du chant grégorien aux créations contemporaines en passant par l’opéra et l’improvisation, elle chante sous la direction de chefs tels que Malgoire, Alessandrini, Niquet, Järvi ou Haïm et de metteurs en scène comme Wilson ou Marthaler. Dotée de nombreuses récompenses (prix de piano au conservatoire de Strasbourg, Premier Prix de chant au concours international des Symphonies d’Automne de Mâcon), elle a enregistré différents disques avec la Fenice, le Poème Harmonique ou la Chapelle Rhénane. Elle se produit à Pleyel ou au Théâtre des Champs Elysées mais son énergie et sa curiosité la poussent souvent loin des cadres traditionnels du concert classique. Ce qui lui importe c’est de raconter des histoires en musique, d’incarner des personnages et d’aller à la rencontre d’un public nouveau : avec l’Ensemble Justiniana, elle amène l’opéra dans les prairies de Franche Comté; avec Opéra Apéro elle se produit dans des hôpitaux, des centres d’hébergement d’urgence, des prisons, des bars. A ses yeux, la musique appartient d’abord à ceux qui l’écoutent. C’est dans cette perspective qu’elle fonde Virévolte à Strasbourg en 2013

– – – – – – – – – – –

photo claire annonces

Claire Buttin, pianiste

Née en 1984, Claire Buttin, entre au conservatoire de musique de Genève dans la classe d’Alexei Golovine avant d’intégrer en 2004 la Hochschule für Musik de Freiburg im Breisgau dans la classe de Tsuruoka-Barth puis de Michael Leuschner. Elle y obtient son diplôme supérieur avec mention très bien. Elle se perfectionne par la suite dans la classe de la grande pianiste et pédagogue Réna Shereshevskaya au C.R.R de Rueil-Malmaison. Elle y hérite d’un enseignement d’une grande richesse qui l’influencera tout au long de son parcours artistique. Claire Buttin recevra également de précieux conseils de musiciens tel que Paul Coker, Dominique Weber ou encore Christoph Wyneken. Très active sur le plan éducatif et culturel, elle est porteuse de nombreux projets notamment en partenariat avec l’éducation nationale et les centres culturels. Actuellement, elle se produit dans différents festivals comme soliste ainsi qu’au côté de Charles Offenstein à 4 mains et 2 pianos. En 2012, elle obtient une équivalence au Certificat d’Aptitude aux fonctions de professeur – spécialité piano. En 2013, Claire se forme également à l’université de Haute Alsace de Mulhouse en Administration et Gestion des Entreprises Culturelles. Elle est aujourd’hui la directrice artistique de l’association Alcor qui produit des concerts de musique classique à travers une saison musicale en Alsace.

– – – – – – – – – – –

onl_1301

Denis Clavier, violoniste

Après avoir étudié avec Gérard Poulet, Pierre Nérini, Augustin Dumay et Jean Hubeau, il obtient ses premiers prix de violon et de musique de chambre à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il se consacre pendant un an au Jazz, notamment avec J.Louis Chautemps et Siegfried Kessler, ainsi qu’à la musique yiddish, puis à la musique baroque avec J.Claude Malgoire, Christophe Coin, William Christie, Christopher Hogwood… Supersoliste de l’Opéra de Lille de 1980 à 1986, il est actuellement supersoliste de l’Orchestre National de Lorraine depuis 1986. Parallèlement à ses fonctions de « Konzertmeister », Denis Clavier se consacre à sa carrière de concertiste et à la musique de chambre. Il s’est produit dans la plupart des pays d’Europe ainsi qu’en Amérique du Sud, et a enregistré pour, France Culture, France Musique, TF1, Antenne 2, FR3, la Radio Polonaise, Essischer Runfung et la Saarrunfung (concerto à la mémoire d’un Ange de Berg). Sa discographie comporte avec l’Orchestre National de Lorraine « Tzigane » de Ravel (J.Houtmann), le concerto pour violon de Stravinsky (F.Quattrocchi) ainsi que le concerto pour violon et la « Suite hongroise » de Reynaldo Hahn (F.Quattrocchi): un des 5 CDs de base de la discographie de R.Hahn; en musique de chambre: les trios n°4-6-7 de Henri Réber, l’œuvre pour violon et piano ainsi que le quintette de Reynaldo Hahn, et dans le cadre de la « Mémoire musicale de la Lorraine» le Quintette op.24 et le quatuor op.68 de Théodore Gouvy (Indispensables Fayart 1996 ), ainsi que le quatuor n°6 et le quintette op.55 du même Gouvy (« choc de la musique » & « recommandé »de Klassic Heute). Après avoir enregistré un cd de mélodies avec Elisabeth Vidal et André Cogniet, il vient d’enregistrer le trio n°2 et le quintette à 2 violoncelles n°6 (création mondiale) de Gouvy qui a déjà été récompensé par un 4 sur 4 de Classica. Il a également interprété les concertos de Arce Sejas (« Tiawanaku in memoriam »), Bach, Beethoven (violon et triple), Berlioz (« Rêverie – caprice »), Bernstein (sérénade), Bloch (« Baal Shem »), Brahms (violon et double), Casanova, Chausson (« Poème »), De Pablo (création française) Dompierre (« Diableries »), Dvorak (romance), Hartmann (concerto funèbre), Lalo (symphonie espagnole), Leroux (D’Aller), Martinu, Mendelssohn, Milhaud (« le boeuf sur le toit »), Mozart n°4 et 5, Narboni (création), Pécou (« Nawpa »), Prokofiev n°1, Ravel (« Tzigane »), Saint Saens (« Havanaise »F.Schmitt (« Habeyssée »), R.Strauss, Szymanowsky n°1, Vivaldi (4 saisons) et Weill. Il enseigne au sein d’une classe de « préparation au métier d’orchestre » au CRR de Metz et a également donné des « Masterclass » en Amérique du sud.

Citations Presse: 

– « Denis Clavier se distingue par une sonorité large et chaleureuse, une très belle sensibilité et une virtuosité impeccable, avec une nature et un tempérament de violoniste comme on aime à en rencontrer ». (G.Masson/Républicain Lorrain)

– « Félicitons les interprètes: ils sont mervelleux. Le Quatuor D.Clavier(CD Gouvy) nous régale de sonorités superbes à tous les pupitres, d’aigus cristallins, de graves chaleureux, d’attaques sensuelles, de confidences chuchotées, et de phrasés somptueux. Il est bien rare d’entendre un aussi beau quatuor à cordes. » (Philippe van den Bosch/Répertoire)

 

– – – – – – – – – – –

038_Dosch2

Grégory Dosch, pianiste

Le pianiste et pédagogue colmarien Grégory Dosch s’est formé à la Hochschule für Musik de Fribourg-en-Brisgau en Allemagne, où il a obtenu les diplômes de professeur de piano – Musiklehrer – et Master of Music. Avant son départ pour Fribourg, Grégory Dosch obtient de nombreux diplômes en France: à Colmar le Diplôme d’Études Musicales en piano, et dans la classe de piano de Michel Gaechter au Conservatoire National de Région de Strasbourg, le Diplôme d’Études Musicales en musique de chambre, ainsi que le Diplôme de Concert – Prix Supérieur Inter-Régional – en piano. À Fribourg de 2004 à 2011, il étudie d’abord dans la classe de Gilead Mishory, et dès 2008 avec Vitali Berzon. Depuis son plus jeune âge, Grégory Dosch se voit récompensé par divers prix et encouragements. Elève de Dominique Gerrer à l’École Nationale de Musique de Colmar, il obtiendra également un important soutient musical de la part de Rena Shereshevskaia. En 1999, le Cercle Franco-Allemand de Fribourg-en-Brisgau lui décerne un prix d’encouragement (Jugendförderpreis), et après de nombreuses participations à divers concours, il s’impose au concours Jeunes pianistes, jeunes chambristes de Sarrebourg avec un deuxième prix. Ayant pris part à de nombreuses masterclasses, il a eu l’opportunité de travailler en tant que soliste et chambriste avec des artistes tels que Hortense Cartier-Bresson, Denis Pascal, Géry Moutier, Marc Coppey, Rainer Kussmaul et le trio Wanderer. Grégory Dosch se produit également régulièrement en tant que soliste, chambriste ainsi qu’avec des chanteurs. Dès 2005, il enseigne le piano au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Colmar, est professeur de piano diplômé en Allemagne depuis 2009, et a obtenu une équivalence au Certificat d’Aptitude aux fonctions de professeur – spécialité piano en 2012.

– – – – – – – – – – –

lesfilous

Filigrane

Filigrane a été créé en Octobre 2006 à l’initiative de Jean-Philippe Billmann. Il regroupe 18 chanteurs expérimentés et passionnés de chant choral, désirant se produire dans un répertoire de qualité. L’ensemble souhaite s’investir dans des projets variés et ambitieux en donnant des concerts en Alsace, dans le reste de la France ainsi qu’à l’étranger. A ce jour, Filigrane a monté plusieurs programmes dont “Once upon a time…” et « Eternal night », donnés à Londres et Oxford en 2008 et 2009, sur invitation du Harris Manchester College. Le choeur s’est aussi produit en Allemagne, notamment dans le cadre du festival de musique contemporaine « Mehrklang » à Freiburg i.Br. Filigrane a aussi participé à une masterclasse de direction de choeur en tant que choeur pilote avec Hans Michael Beuerle et Raphael Immos.

– – – – – – – – – – –

IMG_3939

Quatuor Florestan

Le Quatuor Florestan doit sa fondation en 1989 à quatre musiciens animés par la même curiosité et la même passion pour le quatuor à cordes. La formation constituée autour de Philippe Lindecker, violon-solo de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg s’attache à revisiter le vaste répertoire du genre, avec une prédiction pour les grandes figures romantiques Schubert, Mendelssohn, Tchaïkovski, Dvorak … et la Musique française du XXème siècle. Le Quatuor Florestan s’est forgé un large répertoire , des classiques Haydn, Mozart et Beethoven jusqu’aux créations contemporaines .Le Quatuor Florestan s’aventure aussi hors des sentiers battus pour défendre des compositeurs « oubliés » et programmer des perles rares tels M.Jaëll, Fanny Mendelssohn, V.Ullmann, E.W.Korngold…. L’ensemble s’investit régulièrement dans des programmes thématiques associant littérature ou peinture à la musique. Fidèle partenaire de l’Opéra national du Rhin, d’Alcor et de la B.N.U.S., le Quatuor Florestan est devenu un maillon incontournable du paysage culturel de l’Alsace. Au cours de la saison 2014/2015 le Quatuor Florestan fidélisera ses partenariats avec la pianiste Eveline Rudolf et la soprano Tatiana Zolotikova de l’Opéra national du Rhin.

– – – – – – – – – – –

47431

Michel Gaechter, pianiste

Michel Gaechter, né à Mulhouse, poursuit ses études au CNSM de Paris où il approfondit, grâce à Germaine Mounier, sa compréhension de l’œuvre de Chopin. Il y obtient les premiers prix de piano, harmonie, contrepoint et fugue. Intéressé par l’école russe de piano, il se perfectionne auprès de Vitaly Margulis à la Musikhochschule de Fribourg en Allemagne. En 1984 il est lauréat du Concours International Liszt/Mario Zanfi de Parme. Puis il élargit son répertoire à quelques-uns des compositeurs majeurs de notre époque : Boulez, Stockhausen, Barraqué, Berio, Nunes, Lachenmann. Par ailleurs, le renouveau de l’interprétation de la musique ancienne et la pratique sur instruments historiques le marquent profondément et influencent de façon décisive sa lecture de l’ensemble du répertoire. La seconde école de Vienne (Schönberg, Webern, Berg) constitue pour lui un centre d’intérêt essentiel. Dans ce domaine, deux aboutissements de son travail sur Schönberg ont été salués par la critique : tout d’abord un enregistrement de l’intégrale de l’œuvre pour piano (1999, label Tamino), ensuite la réalisation, puis l’enregistrement d’une transcription pianistique du sextuor à cordes Verklärte Nacht (Nuit transfigurée – 2002, label Tamino). La partition de cette transcription, publiée sous forme de facsimile chez l’éditeur Richard Birnbach, a su retenir l’intérêt du Arnold Schoenberg Center de Vienne. Michel Gaechter enseigne le piano au Conservatoire et à l’Académie Supérieure de musique de Strasbourg. Il se produit volontiers sur instruments historiques comme sur instruments modernes, en solo, ou avec les complicités de la violoniste Fanny Paccoud et de la soprano Marie-Madeleine Koebelé. Sa rencontre avec le QuatuorBarbaroque (bandonéon, tympanon, orgue de barbarie et contrebasse) a été une aventure extrêmement enrichissante, qui s’est illustrée par quelques concerts autour du Concerto en mide Chopin dans une incroyable transcription de la partie d’orchestre par les musiciens de cet ensemble. En 2010, année du bicentenaire des naissances de Chopin et Schumann, Michel Gaechter a été l’hôte de La Courroie pour un cycle de six concerts, mêlant œuvres pour piano seul et musique de chambre.

– – – – – – – – – – –

PaulineHaasCiteArtsHarpe2light redimenssionnée

Pauline Haas, harpiste

Pauline Haas est née en 1992 à Strasbourg (France) et vit entre l’Alsace et Paris. Très tôt attirée par les arts de la scène, elle hésite entre le clavecin, les ondes Martenot, le cymbalum et la harpe, instrument pour lequel elle opte finalement. A l’âge de 8 ans, elle entre au Conservatoire de Strasbourg où elle suit un enseignement complet. Elle remporte, à 13 ans, le 1er prix du Concours International Lily Laskine junior, ainsi que le Prix de la meilleure interprétation de l’œuvre contemporaine imposée (Aubade de Nicolas Bacri), restant à ce jour la seule harpiste française à avoir obtenu cette récompense. La même année, elle donne son premier concert en soliste avec orchestre, le dirigeant elle-même du pupitre. En 2006, elle obtient le 3ème Prix du Concours International de Lille. Elle est lauréate de nombreuses distinctions (UFAM, Fondation Emily Porter, Académie des Marches de l’Est, Prix d’encouragement de la Fondation Alsace…) et est soutenue par la Fondation Safran pour la Musique. En 2007, elle est admise 1ère nommée au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, en classes de harpe et de musique de chambre. Elle y achève ses études en 2011, obtenant, avec une année d’avance, un Master 2 mention très bien (anciennement Premier Prix du Conservatoire de Paris). En 2012, elle est nommée dans la catégorie Révélation Soliste Instrumental aux Victoires de la Musique Classique. Elle donne son premier récital à l’âge de 12 ans et se produit depuis, seule, en formations de chambre ou avec orchestre, en France et à l’étranger, donnant plus de 80 concerts par an. Elle joue notamment en soliste avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, l’Orchestre de la Radio d’Uruguay, l’Orchestre de chambre de Metz, Lviv Symphony Orchestra, l’Orchestre Ofunam de Mexico City… Elle est invitée à jouer pour le roi et la reine de Suède, pour la marque automobile Bugatti et pour diverses sociétés dans le cadre de soirées événementielles. Elle donne des récitals au Festival de Besançon, aux journées de la harpe en Arles, au Festival Les Vacances de Monsieur Haydn (dir. Jérôme Pernoo), au Festival de Musique de Chambre de Colmar (Les Musicales), au Concours International des harpes Salvi, au Festival des harpes Camac, à Harpe en Avesnois, dans le cadre des tournées AJAM, autour de Jean-François Zygel au Théâtre du Châtelet à Paris (Nuits de l’improbable), aux Etats-Unis (New York, Los Angeles…), en Amérique du sud et dans toute l’Europe. De 2013 à 2015, elle est tournée avec un spectacle jeune public intitulé « onde et lyres« , produit avec les Jeunesses Musicales de France (JMF), en duo avec Thomas Bloch (ondes Martenot, Matryomin, waterphone…). Si elle donne des masterclasses et participe à de nombreuses émissions de radio et de télévisions, elle tient également à s’impliquer dans des domaines où la musique a plus rarement sa place, dans des projets humanitaires, médicaux, sociaux et auprès des enfants. Son vaste répertoire (orchestre, musique de chambre, solo) s’étend de la musique baroque à la création contemporaine (avec et sans électronique), mais également à des transcriptions qui repoussent les limites de la harpe, telle la réputée injouable (jusqu’à présent) Mort d’Isolde de Wagner, dans la version pour piano de Franz Liszt, qui l’a fait remarquer par les mélomanes et la critique qui souligne « son engagement total et son charisme ». Sa curiosité l’amène à découvrir un répertoire étendu, allant de la musique ancienne à l’improvisation et à réaliser elle-même de nombreux arrangements, transcriptions et compositions. Outre la harpe classique, elle joue également la harpe celtique, la harpe médiévale, la harpe baroque (harpe triple), la harpe automatique Salvi (permettant notamment les chromatismes, dont il n’existe que deux exemplaires), la harpe électroacoustique (amplifiée et avec effets), la harpe midi Camac (dont il n’existe que deux exemplaires) et la harpe paraguyenne. Attirée depuis toujours par le mariage des arts, elle conçoit et réalise des spectacles mêlant théâtre et chant (qu’elle pratique également), musique et autres formes d’expression (théâtre, arts plastiques…). Son nouveau disque (à paraître en 2014), est dédié aux compositeurs romantiques (Brahms, Mendelssohn, Wagner / Liszt, Tchaïkovski, Barrios…).

– – – – – – – – – – –

foto AC

Anne-Cécile Litolf, pianiste

Anne-Cécile Litolf, débute son parcours musical au Conservatoire de Strasbourg dans la classe de Stéphane Seban, puis plus tard de Laurent Cabasso. Parallèlement, elle prend aussi des cours avec Rena Scherechevskaya à Colmar. Ayant fini avec succès ses études au conservatoire, elle part en Allemagne travailler avec le professeur Vitali Berzon à la Musikhochschule de Freiburg ainsi que le professeur Hans Peter Müller pour l’accompagnement de chanteur. Elle y obtient son diplôme de „pianiste de concert“ en 2008 et réussit la même année le concours pour rentrer dans la classe de soliste à la Musikhochschule de Trossingen où elle étudie alors avec Wolfgang Wagenhäuser. Son travail est récompensé par le premier prix du concours de Liedduo de la „Museumgesellschaft“ de Freiburg qu‘elle obtient avec la chanteuse soprano Myung- Hee Lee en 2008, ainsi que par le premier prix au concours international de piano „pro piano romania“ à Bucharest en 2010. Elle est actuellement enseignante à la Musikhochschule de Trossingen.

– – – – – – – – – – –

Photo David Mancinelli (2)

David Mancinelli, violoniste

Né en 1983 à Avignon, David Mancinelli débute ses études au conservatoire à l’âge de 7 ans. En 1996, il obtient la médaille d’or de violon du conservatoire d’Avignon avant de se perfectionner à Marseille sous la direction de Jean Ter-Merguerian. Puis il intègre la classe de Jean Lénert et Bertrand Cervera et obtient le prix de perfectionnement mention très bien, au CNR-Supérieur de Paris. Parallèlement, il suit le cursus de musique de chambre avec le Quatuor Ysaÿe et se perfectionne auprès de Jean-Jacques Kantorow. Il s’initie à la musique traditionnelle et l’improvisation avec Gilles Apap. Lauréat du « concours national du jeune musicien » et du « Royaume de la musique » (1er prix avec félicitations), il se produit en soliste à l’Opéra d’Avignon, en Italie et en Espagne. En 2008, il crée la Symphonie concertante en si bémol M pour 2 violons solos (1er soliste) du Chevalier Saint-Georges, à la Bibliothèque Nationale de France. Il est aussi régulièrement invité à travailler comme soliste au sein de l’Orchestre National de Montpellier, ainsi que l’Orchestre Régional de Cannes, et collabore également avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse. Avec le quintette Denis Clavier, il crée et enregistre le quintette pour 2 violoncelles en la m de Gouvy, récompensé par la critique musicale (4 étoiles Classica). Musicien capable d’improviser, il s’investit en trio dans la musique de film live dans le cadre de festivals tels que « Paris-cinéma » et « Festival International du Film de Compiègne ». Au sein du trio « Polvere Stellare », il a participé à la création et à l’enregistrement de la musique du film « Le diable au coeur » de Marcel L’Herbier, sorti en DVD. David Mancinelli est actuellement violon solo à l’Orchestre National de Lorraine.

– – – – – – – – – – –

Mélanie M foto redimenssionée

 Mélanie Moussay, chanteuse

Prix Européen d’Encouragement de la Fondation Européenne de la Culture en 2005, Mélanie Moussay est remarquée comme finaliste au Concours International Enrico Caruso à Milan. En 2003, elle est la seule chanteuse française sélectionnée pour participer au Concours Internationale Gesangswettbewerb für Wagnerstimmen à Bayreuth. En 2007, elle remporte le Concours de Sélection de l’Orchestre National de Lorraine et, en 2009, le Prix de le Mélodie Contemporaine au Concours International d’Interprétation de le Mélodie Française de Toulouse. Nous avons déjà pu entendre Mélanie Moussay dans différents rôles, parmi lesquels, Ariadne dans Ariadne auf Naxos de R. Strauss, Fiordiligi dans Così fan tutte de W. A. Mozart, La contessa dans Le Nozze di Figaro de W. A. Mozart, Dido dans Dido and Aenas d’ H. Purcell, Maureen dans l’Opéra d’Aran de G. Bécaud, La Femme dans Le Pauvre Matelot de D. Milhaud, Missia dans La Veuve Joyeuse de F. Léhar, Turandot dans Turandot de G. Puccini,Miss Wingrave dans Owen Wingrave de B. Britten. Elle chante, entre autres, sous la direction de Jan Latham Koenig, Martin Gester, Roland Böer, Jacques Mercier et David Syrus. Elle enregistre le rôle de Thétis dans l’opéra Persée et Andromède de Jacques Ibert avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, et elle a participé au premier enregistrement de mélodies de G. Mieg, F. Barlow, G. Spetz et C. Koechlin.. Dans le vaste répertoire pour orchestre, Melanie Moussay a été remarquée pour ses interprétations de Wesendonck Lieder de R. Wagner, les Lieder eines Fahrenden Gesellen de G. Mahler, Les Nuits d’été di H. Berlioz, La Neuvième Symphonie de Beethoven,  La Deuxième Symphonie de G. Mahler, Le poème de l’amour et de la mer de E. Chausson ainsi que de nombreux oratorios et messes. Mélanie Moussay est invitée par de nombreuses institutions, comme le Parlement Européen, l’Arsenal de Metz, les théâtres de Strasbourg, Colmar, Mulhouse et Nancy, le festival Musica, le festival des Alizés au Maroc, le Festival Voix de Fête à Rouen, le festival Musique au Vert au Parc Floral à Paris, le Festival International de Montepulciano. Parallèlement à ses études musicales, elle suit une formation de comédienne et obtient une licence d’études théâtrales à l’Université Marc Bloch de Strasbourg. Formée avec Henrik Siffert au Conservatoire de Strasbourg où elle obtient une Médaille d’or et le Diplôme de Perfectionnement en chant ainsi qu’en musique de chambre, Mélanie Moussay suit les master classes de Michel Sénéchal, Sebastian Lang-Lessing, Caroline Gautier, Sylvia Sass, François Leroux et Gabriel Bacquier. Elle se perfectionne actuellement auprès de la mezzo-soprano Jane Henschel.

– – – – – – – – – – –

IMG_9099_redimensionner

Charles Offenstein, pianiste

Charles Offenstein commence le piano à l’âge de quatre ans et entre au C.R.R de Strasbourg deux ans plus tard. Apres une formation complète il a l’opportunité d’intégrer la classe de la grande pédagogue Réna Shereshevskaya au CRD de Colmar où il y obtiendra son DEM de piano et de musique de chambre à l’unanimité du jury avec félicitation ainsi qu’un 1er accessit à l’unanimité du jury un an plus tard. Il interprète également la même année le 3eme concerto de Beethoven à Lucca en Italie avec l’orchestre du conservatoire. Charles s’oriente alors vers l’Allemagne y pour faire ses études supérieures. Il est admis à la Musikhochschule de Freiburg en 2003 et obtient une bourse de la « Rosenberg Stiftung ». Il travaille d’abord avec Professeur Mme Elsa Kolodin puis sera accepté dans la classe du pianiste virtuose Mr Vitali Berzon. Apres une formation complète et de nombreux projets, il obtient en 2009 son diplôme de concertiste ainsi que son diplôme d’enseignement mention « très bien ». Charles se perfectionne à nouveau avec Mme Shereshevskaya à « l’école normale de musique de Paris » où il est soutenu par la fondation « Zaleski » ainsi qu’au C.R.R. de Rueil-Malmaison. Il est invité à se produire dans plusieurs festivals comme les musicales du parc de Wesserling ou le festival des sept chapelles en arts de Guidel. En février 2012 il remporte le premier prix du « concours international Chopin » de Brest. Il se produit alors en récital lors d’une tournée dans 5 festivals Bretons: Au festival international de musique de Dinard dirigé par le pianiste Kun Woo Paik au concert jeune talent, aux Semaines musicales de Quimper, au festival du Chant de la rive, au festival de la chapelle de Kersaint et au festival du chant des chapelles. En mars 2013 il est lauréat du 16ème concours international de piano de Montrond les bains. En mai de la même année il effectue une tournée de concerts en alsace avec l’AJAM dans un programme Chopin. En novembre 2013 il remporte le 3ème prix au concours international « Giuliano Pecar » de Gorizia en Italie. Tout au long de sa formation Charles a bénéficié de precieux conseils de musiciens tels que Vladimir Feltsman (usa), les musiciens du trio Altenberg de Vienne, Christophe Henkel ou encore Felix Gotlieb et Latica Honda Rosenberg. A côté de sa carrière de soliste, Charles se produit régulièrement en duo avec le violoniste David Mancinelli ainsi qu’à quatre mains et deux pianos avec la pianiste Claire Buttin et participent à de nombreux projets pédagogiques de sensibilisation à la musique classique.

– – – – – – – – – – –

portait_fanny

Fanny Paccoud, violoniste et altiste

Diplômée du conservatoire de Strasbourg, Fanny Paccoud s’oriente d’abord vers la musique de chambre et la création. Depuis 1999, elle forme un duo avec le pianiste Michel Gaechter, explorant un riche répertoire allant de Mozart à Schoenberg. Elle participe à plusieurs créations et enregistrements, dont Forever Valley de Gérard Pesson, Momo de Pascal Dusapin, Ai confini dell’ oscurità de Claudio Gabriele, Veillée, et le Petit Chaperon Rouge de Georges Aperghis … On la retrouve aussi parfois aux côtés de musiciens de jazz et improvisateurs. Si la musique de chambre et la musique contemporaine occupent une grande part de son activité, Fanny Paccoud n’en exclut pas pour autant une recherche approfondie de l’interprétation de la musique ancienne sur instruments d’époque. Elle est membre, en tant que violoniste et altiste, du Concert Spirituel (H. Niquet), de l’Ensemble Amarillis, des English Baroque Soloists (J.E. Gardiner), du Concert Brisé, d’Orfeo 55 (N. Stutzmann)… avec lesquels elle parcourt le monde, et effectue de nombreux enregistrements. En 2002, elle fonde avec la violoniste Alice Piérot et la violoncelliste Elena Andreyev, le Trio à cordes Anpapié, qui se consacre tout particulièrement au répertoire dit Classique. (Enregistrement en 2011 des trios de Hyacinthe Jadin pour le label La Courroie).

– – – – – – – – – – –

jl04 redimensionnée

Jean-Luc Raza, guitariste

Professeur de guitare jazz diplômé d’état, Jean-Luc Raza partage sa passion de la musique entre l’enseignement, la composition et la scène. Guitariste de jazz et chanteur, il a multiplié les expériences musicales tout au long de son parcours, allant du be-bop traditionnel à la musique électronique, en passant par la chanson française. Également fondateur et coordinateur de l’association « les Rendez-Vous du Jazz », il a pendant 4 années soutenu activement la scène locale et la création en organisant des concerts. Musicien apprécié et professeur estimé, il se consacre aujourd’hui à l’écriture de textes et de musiques qui se font l’écho d’un parcours atypique, riche de ses multiples expériences.

– – – – – – – – – – –

photo

Mishka Roth, pianiste

Mishka Roth commence le piano à 7 ans et intègre la classe de Dominique GERRER à l’Ecole Nationale de Musique (ENM) de Colmar en 1995. Il poursuit en 1998 ses études à la Griffith University, Queensland, en Australie auprès de Natasha VLASSENKO. Il obtient lors de son séjour en Australie de nombreux premiers prix aux concours pour jeunes pianistes. De retour en France en 2002, il réintègre l’ENM de Colmar dans la classe de Réna SHERESHEVSKAYA et obtient en 2005 la Médaille d’Or à l’unanimité et en 2006 son Accessit à l’unanimité avec félicitations du jury. En 2007, il commence ses études à la Musikhochschule de Freiburg dans la classe de Vitali BERZON. Quatre ans plus tard, il obtient son diplôme de Concertiste avec la note maximale. En 2013, il est finaliste au Concours International de Piano à Mayenne.

– – – – – – – – – – –

E5

Eveline Rudolf, pianiste

Eveline Eibel-Rudolf débute ses études musicales au C.N.R. de Strasbourg auprès de Gérard FREMY et obtient la médaille d’or puis le 1er prix Inter- Régional de piano et dans la classe de Roger DELAGE la 1 ère médaille d’or de musique de chambre. Elle perfectionne ses connaissances de musique de chambre auprès de Pierre FOURNIER, à Genève et obtient le prix d’encouragement de l’Association Culturelle des Régions Alsace, Baden Sud, Bâle « Förderpreis der Wirtschaft ».Elle entre à la Hochschule für Musik de Fribourg en Brisgau, et obtient son diplôme de pédagogie « MUSIKLEHRERPRÜFUNG » puis son diplôme de piano « KUNSTLERISCHE REIFEPRÜFUNG » dans la classe de Vitaly MARGULIS. Eveline Eibel-Rudolf enregistre pour FR3 Alsace, Radio France et la Südwestfunk » et participe à de nombreux festivals de musique contemporaine en collaboration avec Gérard FREMY (Lisbonne : rencontre de la fondation Gulbenkian, Marseille : les Musiques 87/GMEM, Nice : Musiques Actuelles Nice Côte d’Azur, Strasbourg : Musica). Elle obtient le 3ème prix International de piano « Carlo Soliva » à Casale Montefaro, Italie. Actuellement elle est professeur titulaire à l’école de musique de Saverne.

– – – – – – – – – – –

cécile

Cécile Steffanus, pianiste

Cécile Steffanus effectue ses études musicales au Conservatoire de Strasbourg dans la classe de Lara Erbes et Michel Gaechter, et obtient en 2002 le Diplôme d’Études Musicales avec les félicitations du jury ainsi que le Certificat de Fin d’Études en écriture. Elle poursuit ensuite des études supérieures à la Musikhochschule de Freiburg (Allemagne) où elle obtient le Diplôme de Pédagogie en 2006 et le Premier Prix de Soliste en 2007. Spécialisée dans l’accompagnement Lied, en 2007 elle enregistre 40 Lieder de Beethoven dans le cadre de l’enregistrement de l’intégrale des œuvres de Beethoven (Éditions Amado – Cascade Medien). Régulièrement invitée dans divers festivals en soliste ou en formation musique de chambre, tels que le festival Musica, festival Ebneterkultursommer, festival « les murs ont des oreilles », festival « en terre romantique », festival « été cour, été jardin » à Strasbourg… elle se produit en mars 2007 en soliste dans l’opéra Die Kluge de Carl Orff au théâtre de Constance. En septembre 2008, elle interprète le quatrième concerto de Beethoven sous la direction de Frédéric Lodéon, accompagnée par l’Orchestre National de Lorraine, dans le cadre du festival « Musique et Gastronomie » de Fénétrange. Titulaire du Diplôme d’État de professeur de piano, elle enseigne dans sa région.

– – – – – – – – – – –

chiara

Chiara Villa, metteur en scène

Metteur en scène italienne, elle fait sa première expérience théâtrale en collaborant comme assistante au spectacle Les Oiseaux d’Aristophane au Piccolo Teatro de Milan et au Festival international Teatro classico dei giovani de Palazzolo Acreide à Syracuse. Elle monte après sa première pièce, La Ménagerie de verrede T. Williams représentée en 1995 à Milan. En 1997, le Festival de la ville de Côme lui commande un spectacle, Diabolos qu’elle écrit et met en scène. L’année suivante elle adapte Acte sansParole de S. Beckett, qui devient ASP. Elle remporte avec ce spectacle le prix Movin’ Up du Ministère italien de la Culture et part en tournée aux Pays-Bas. Depuis, plusieurs spectacles suivront. Parallèlement à ses études universitaires, Chiara Villa poursuit sa formation en intégrant le CRT- Centre de recherche pour le théâtre à Milan. En 2001, elle obtient une Maîtrise en Histoire du Théâtre moderne et contemporain à l’Université de Bologne; en 2002 s’installe en France pour continuer ses études à l’Université Sorbonne Nouvelle –Paris III- où elle obtient, sous la direction de Jean-Pierre Ryngaert, le DEA en Théâtre et Arts du spectacle en 2003. Son intérêt pour le théâtre ainsi que pour l’opéra l’a amenée à être assistante à la mise en scène. Elle a ainsi travaillé dans de nombreux théâtres, entre autres, le Teatro Alla Scala de Milan et le Théâtre National de Varsovie, le Teatro Regio de Parme, l’Opéra National de Paris. Depuis son arrivée en France, Chiara Villa a mis en scène divers spectacles parmi lesquels, La Veuve Joyeuse de F. Léhar au Théâtre Municipal de Colmar et au Théâtre de la Sinne de Mulhouse; Le cahier de Nijinsky, un opéra de D. Glanert, au Festival Internationale de Montepulciano, Cabaret d’histoires un récital autour de Arnold Schoenberg, au Festival Vocalises de Belfort et au Festival du Grand Avignon en 2009 et 2011 ainsi que Mistero Buffo de Dario Fo au Centre Dramatique National de Colmar fin 2013. Parmi ses spectacles musicaux, Chiara Villa a tout récemment mis en scène dans deux festivals italiens, l’opéra Carmen la Gitana de Bizet- Thilloy, ainsi qu’ Offenbach et la diva Hortense, entre autre, à l’Opéra National de Nancy, Sacré Wolfgang pour l’opéra studio de l’Opéra National du Rhin et Visioni d’Eric Maestri à la Biennale de Venise.

– – – – – – – – – – –

IMG_3596

Virévolte

Réunis autour de la chanteuse Aurore Bucher, les musiciens de Virévolte proposent un répertoire allant du baroque à la chanson populaire dans des arrangements inédits. Formés dans les plus grands conservatoires, ils veulent abolir les frontières entre musique savante et musique populaire. En mêlant des styles radicalement différents et en bousculant les idées préconçues, ils font le pari qu’il n’y a qu’un seul public et qu’une seule musique, accessible à tous immédiatement. Le jeu consiste à attirer les auditeurs dans un tourbillon musical où ils perdent leurs repères, mais où chacun peut se reconnaître. Les instruments baroques se mettent au service d’un standard de jazz, la guitare folk vient ranimer Haendel, la clarinette s’immisce dans la musique ancienne et une chanson de Dalida devient un air d’opéra ! Les histoires et les personnages choisis nous entraînent dans cette virevolte en nous parlant de notre énergie vitale, du désir qui renait et nous pousse en avant: secoués, bercés, amusés, touchés ou surpris, on sort des concerts l’esprit libre et le corps léger ! Virévolte a bénéficié d’une résidence à la Cité de la Voix en juillet 2013.